À propos du secteur

Points de vue du secteur

Ted Kerr

Ted Kerr

Nom : Ted Kerr
Âge : 28 ans
Endroit : Edmonton, Alberta
Organisme : HIV Edmonton
Fonction : coordonnateur des bénévoles
Durée de service: 1 an

Ted Kerr est né à Edmonton en 1979 et il a vécu toute sa vie dans la capitale albertaine.  En 2001, après avoir terminé plusieurs cours au collège communautaire local, il a désiré voir le monde et a voyagé en Europe où il a passé six mois en Angleterre et six mois en Espagne, se consacrant à plusieurs de ses centres d'intérêt, comme l'écriture et la photographie.

Lorsqu'il est revenu à Edmonton, il a occupé plusieurs emplois avant de décider de se concentrer sur l'écriture et la photographie.  À cette époque, il a également commencé à travailler bénévolement pour quelques organismes communautaires, incluant HIV Edmonton, un organisme qui offre, aux personnes infectées et touchées par le VIH/sida, de l'éducation, du soutien, des solutions pour réduire les préjudices, et des activités de défense des droits.

Ted a travaillé plusieurs années comme bénévole à HIV Edmonton.  « Un certain nombre de raisons m'ont incité à m'associer à cette cause, explique-t-il.  En vivant dans une collectivité de l'Ouest, j'avais un grand désir d'être plus en contact avec les enjeux mondiaux, et le VIH/sida est une maladie mondiale qui a un impact important au niveau de la collectivité. »  Lorsque s'est présentée l'occasion de se joindre à l'équipe du personnel en tant que coordonnateur des bénévoles, Ted y a vu une façon naturelle de s'engager plus à fond pour la cause promue par l'organisme.  « Les six premiers mois, raconte-t-il, j'étais sur l'adrénaline, c'était une course pour travailler de toutes mes forces pour HIV Edmonton.  Maintenant, la lune de miel est passée et la "courbe d'apprentissage" s'est installée. »

Ted coordonne la participation de près de 100 bénévoles oeuvrant dans toutes les sphères d'activité de HIV Edmonton, incluant les événements spéciaux, le développement communautaire et les fonctions administratives traditionnelles qui, bien que moins prestigieuses, ne sont pas moins importantes.  Son approche pour la gestion des bénévoles lui permet de trouver pour chaque personne une activité intéressante.  « J'ai pour philosophie de ne jamais repousser un bénévole.  Je lui trouverai une place au sein de l'organisme.  Tous les gens qui franchissent notre porte ont le désir de faire partie de la communauté HIV/sida.  Mon travail est de les aider à trouver un moyen intéressant de participer. »

Comme pour beaucoup d'organismes communautaires, le personnel de HIV Edmonton est peu nombreux et le manque de financement est un enjeu permanent.  Bien que ce soit pour certains une source de frustration, Ted y voit une occasion d'exercer plusieurs rôles, d'apprendre avec ses pairs et de faire preuve de créativité pour trouver des solutions.  « Mon titre peut être "coordonnateur des bénévoles", mais je travaille souvent sur un projet de communication ou de développement communautaire.  Il est difficile de déterminer le rôle des membres du personnel, et c'est l'une des raisons pour lesquelles j'aime les organismes communautaires.  Vous pouvez beaucoup apprendre et exercer différents rôles au sein de l'organisme, ce qui n'est pas toujours possible dans le secteur privé. »

Le boom économique en Alberta a conduit un bon nombre de personnes oeuvrant dans les organismes bénévoles et communautaires à envisager de quitter leur organisme pour exercer dans le secteur privé un emploi mieux rémunéré et comportant de meilleurs avantages sociaux,  mais Ted ne peut s'imaginer quitter le secteur.  « Je me suis toujours senti plus à l'aise dans le secteur communautaire, dit-il.  Je me considère chanceux de pouvoir gagner ma vie tout en améliorant les choses.  Lorsque vous travaillez pour un organisme communautaire, vous demeurez toujours en contact avec la réalité et il n'y a pas de place pour la suffisance.  Vous devez rester vigilants. »

Pour ce qui est du concept de parité hommes-femmes, les hommes constituent seulement 25 % de la main-d'oeuvre du secteur communautaire, et la majorité d'entre eux travaillent dans les sports et loisirs.  « Dans le monde communautaire, les politiques en matière d'égalité des sexes sont un peu différentes, admet Ted.  Il existe une perception erronée à l'effet qu'il s'agit d'un travail pour les femmes.  Nous devons dépasser cela. »

Alors que beaucoup de leaders communautaires doivent prendre leur retraite au cours des prochaines années, Ted croit que cela offrira de meilleures perspectives d'avenir à lui-même et aux jeunes du secteur qui désirent mieux harmoniser leur carrière et leurs valeurs civiques et sociales.  « Beaucoup de personnes du secteur songent à prendre leur retraite après avoir défendu la cause pendant dix, vingt ans et plus.  Qui prendra la relève pour faire en sorte que le travail continue? » demande-t-il.  Il ne tarde pas à répondre à la question :  « Je porterai volontiers le flambeau. » 

Pour plus d'information sur HIV Edmonton, visitez www.hivedmonton.com.